Rechercher dans ce blog

mercredi 13 septembre 2017

Compte rendu du 09 septembre par Dédé



C'est en atelier affichant complet que s'est tenu la cuisine du marché ce 9 septembre. En effet, pas moins de 9 dames se sont pressées autour du piano. Il y avait là Marion, Liliane, Danielle et son amie, Véronique, Ursula et pour couronner le tout, 3 sœurs que je voulais réunir depuis fort longtemps déjà, Houria, Malika et Dalila. Si j'osais, je dirais les sœurs Brontë de la cuisine.
Une brigade qui a trouvé ses marques sans trop de difficulté et une alchimie que je me garderais bien de commenter. En tout cas, elle aura fait merveille. Des stands alentours, les commentaires allaient bon train, qui avec compassion, (j’étais le seul homme) qui avec ironie sur la suprématie de la gente féminine.
Bref, tout le monde s'est mis au travail pour la mise en place des deux plats proposés. Petit changement tout de même. Les palourdes ont remplacé les coques qui ont préféré rester en Bretagne plutôt que nous rendre visite en Alsace.
Poivrons taillés en brunoise, tomates mondées, épépinées et concassées, les PdT cuisaient lentement dans l'eau avant d'être pelées et débitées en médaillons de 3 mm. Le tout réservé jusqu'à la mise en œuvre.
Herbes hachées et épices attendaient de se marier à la tomate ou à la vinaigrette prévue pour la salade de PdT. Eau, huile de pépins de raisin, Xérès, jus de citron, sucre, sel et poivre. Ingrédient somme toute assez classique, mais Houria et Marion ne purent s'empêcher "d'améliorer" la recette en forçant un peu sur le Xérès, trouvant la structure un peu trop grasse. Mais à l'usage, bonne pioche. Bravo à elles.
Confection d'une petite sauce tomate pour assurer la déco des plats avec le cœur des tomates et comme rien ne se perd, (il m'est presque interdit de jeter) Houria nous a préparé des toasts pour un apéro champagne. Excellentissime comme à son habitude.
Cuisson des palourdes, dressage des assiettes, nappage des PdT avec la vinaigrette, cortège de palourdes et quelques feuilles de pourpier. Pour nous accompagner, un Muscadet sur lie et un Pinot noir de chez Welty, (toutes ne supportant les vins blancs) et en route pour la dégustation. Comme déjà dit, simple et bon. Simplement bon.
Finalisation du plat de résistance. Tout le monde alentour levait le nez pour humer les odeurs des épices et des légumes. Les filets de rouget salés et poivrés passaient à la poêle dans un mélange huile et beurre.
Pendant la cuisson de ceux-ci dressage des assiettes avec les légumes, sitôt agrémentées de deux filets et de la sauce yaourt, contre point frais avec la chaleur des légumes aux saveurs d'Orient et le poisson. Je ne me répéterai pas : simplement divin, avec les mêmes vins que pour l'entrée. Promesse est faite par la tablée : ces recettes seront refaites à la maison.
Avec le café Malika nous aura régalés avec un gâteau au chocolat de Cyril Lignac et moi-même, avec une tarte aux quetsches. Les deux desserts de fabrication maison. Une fort belle journée autour de bonnes choses et surtout autour de belles personnes.

lundi 28 août 2017

Rendez-vous du 09 septembre

Nous nous retrouverons si vous le voulez bien le 9 septembre. Après nos excès estivaux, nous allons retrouver nos silhouettes de rêves en cuisinant les produits de la mer et de la terre. Pour ce faire, deux chefs bretons pour nous régaler en toute légèreté et en toute simplicité, assez relative.
L'entrée nous est proposée par M. Jean Bernard Pautrat et consiste en une rosace de charlottes tièdes aux coques, vinaigrette au miel et coriandre.
Le plat de résistance nous vient de M. Régis Mahé et ses filets de rougets aux saveurs d'Orient. Rien du beau, du bon et du goût.
Alors à nos tabliers et nos couteaux

jeudi 1 juin 2017

Rendez-vous du 17 juin

Parfum d'été avec quelques jours d'avance sur le calendrier. En effet, c'est le 17 juin que nous nous retrouverons pour agacer les papilles. De la sardine, de l'avocat, de la tomate et du basilic pour une entrée que nous propose M. Julien Binz. Promis, le visuel n'aura rien à envier au goût.

Le veau fera la part belle au plat de résistance. Son intitulé à lui tout seul vaut le détour. Jugez par vous-même. Tournedos de quasi de veau, tarte Tatin de tomates, polenta aux olives et petites girolles justes poêlées. Là aussi, l'assiette-tableau sous forme de nature morte aura du mal à rester en l'état.

Alors à vos agendas et toujours très cordialement
Mise à jour : 20 décembre 2016