Rechercher dans ce blog

mercredi 16 novembre 2016

Compte rendu du 12 novembre par Dédé



Guy a fait ses premiers pas autour du piano, remonté comme une pile électrique et qui voulait tout savoir. Bienvenue à lui. Ceci dit, le mareyage n'est décidément pas une science exacte. Ballon d'essai la semaine dernière avec le sandre et pour ce samedi, il aura filé à l'anglaise dans le lit de sa Loire. Qu'à cela ne tienne, le lieu jaune lui aura tenu la dragée haute, et de quelle manière. Alors avant d'en arriver à sa dégustation, grosse mise en place des accompagnements tant de l'entrée que du plat de résistance.

Ciseler le chou vert pour l'embeurrée, accompagnant les cailles. Débiter les choux fleurs pour la purée, et taillage des sommités des choux fleurs et romanesco. Mise en cuisson de tout ce beau monde et sur d'autres feux, réduction du vin rouge avec son cortège d'échalotes, de sucre et de mignonnette. Sans oublier les lardons qui grillaient. À la fin, tout fut mis de côté et réservé.
Le Blender a été notre allié pour réaliser la purée. Comme c'était une première pour tous les participants, le fond de cuve a servi à la découverte du goût de ce nectar. Armés de petites cuillères, chacun y allait de sa petite dégustation et à la vue des mines réjouies, c'était gagné. Pour couronner le tout le commentaire dithyrambique de Daniel : " Une tuerie ".

Retour à la mise en place, qui pour les cailles, qui pour le lieu jaune. Chacun y allait de sa partition. Un petit reste de foie et 10 petits toasts plus tard, ce sont les verres qui ont tinté pour un apéritif au champagne. Délicieux. Et c'est notre amie Houria qui nous a régalés, voulant marquer le coup avant ses vacances. Merci à elle.

Mise en cuisson du poisson et réchauffe de la purée, des sommités et de la sauce au vin rouge. Dressage des assiettes et le premier plat amenait les premiers commentaires. En dehors des humm de satisfaction, la tablée avait trouvé un des plats des menus de fin d'année.

Pendant la dégustation de l'entrée, les cailles se doraient au four. L'embeurrée de chou vert prenait un coup de chaud avant de garnir les assiettes et de convoler en juste noce avec les cailles. Et des commentaires tout aussi gratifiants et élogieux quant à la qualité du plat et de son originalité.

Toutes les bonnes ayant une fin, le café aura clos notre petit menu. Pour terminer sur une note sucrée, Guy fit ses emplettes du côté de chez Anselm et une série d'éclairs. Rien que pour se faire plaisir. " Cette fabuleuse matinée a été en votre compagnie une sacrée bouffée d'oxygène " comme il n'a cessé de le répéter. Il reviendra, c'est sûr et avec plaisir. Un tel enthousiasme est ma plus belle récompense.
Côté Bacchus, un Saint Mont, rouge dénommé Amatus avec les cailles, et un blanc gascon du domaine Horgelus, Sauvignon et gros Mauseng. Du miel pour les gosiers.

Mise à jour : 20 décembre 2016